RESTEZ CONNECTES
RECHERCHE
Communiqué du Centre LGBT
Concert de Sexion d’Assaut à Nantes
Publié le samedi 2 octobre 2010

Sexion d’Assaut, groupe de rap français aux multiples dérapages homophobes et haineux, sera en concert à Saint-Herblain le 15 octobre prochain à la salle de la Carrière. Le Centre Lesbien, Gay, Bi et Trans. de Nantes (CLGBT), association engagée pour l’égalité et contre toutes discriminations liées à l’orientation sexuelle, condamne fermement ces propos et en appelle à la responsabilité des organisateurs de ce concert.

Dans une interview au magazine International-Hip Hop en juin dernier, le groupe de rap français Sexion d’assaut a tenu les propos suivant : « Pendant un temps, on a beaucoup attaqué les homosexuels parce qu’on est homophobes à cent pour cent et qu’on l’assume », « Il y a quand même des gays qui viennent nous voir ! On ne peut pas se permettre de dire ouvertement que pour nous, le fait d’être homosexuel est une déviance intolérable. »

Ce même groupe a déjà tenu, dans de précédents disques, de véritables messages de haine envers les homosexuels. « Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent, coupe leur le pénis, laisse les morts, retrouvés sur le périphérique » dans On t’a humilié, « Lointaine est l’époque où les homos se maquaient en scred. Maintenant, se galochent en ville avec des sappes arc-en-ciel. Mais vas-y bouge, vas-y bouge. Toutes ces pratiques ne sont pas saines, nos corps ne seront qu’un tas de cendres, la mort ne sera qu’une passerelle » dans Cessez le feu.

Un concert de ce groupe est programmé le 15 Octobre prochain à la salle de la Carrière de Saint-Herblain.

Le Centre Lesbien, Gay, Bi et Trans. de Nantes (CLGBT), association engagée pour l’égalité et contre toutes discriminations liées à l’orientation sexuelle, condamne ces propos et ces textes avec la plus grande fermeté. L’incitation à la haine et l’appel à la violence ne constituent en rien un exercice de création artistique.

Nous alertons la ville de Saint-Herblain et les organisateurs de ce concert quant aux risques d’une utilisation de leur scène, non pas à des fins culturelles, mais comme tribune pour des messages haineux, condamnés par ailleurs par la loi du 30 décembre 2004 qui pénalise les propos liés au sexe ou à l’orientation sexuelle.

Le CLGBT s’est également associé à la campagne nationale de co-signature associative lancée par la FEDERATION LGBT, dont elle est membre, qui vise à alerter des risques de trouble à l’ordre public, procureurs, préfets, maires et responsables de salles des villes où le groupe devrait se produire.

Nous appelons enfin toutes les associations, tous les mouvements et toutes les citoyennes et les citoyens défendant le respect et l’égalité, à réagir et à faire connaître leur rejet de tels appels à la haine.

Maéla Guénégo
Présidente du Centre LGBT de Nantes

Documents :
Voir aussi :
Soutenir par un don