CALENDRIER

RESTEZ CONNECTES
RECHERCHE
DURABILIS, ou « la famille durable » selon des députés UMP
Communiqué du Centre LGBT ÎdF-Paris
Publié le samedi 23 juillet 2011

DURABILIS, ou « la famille durable » selon des députés UMP

Fin juin, le groupe de travail sur la famille, regroupant 53 députés de l’UMP, a présenté son rapport contenant 30 propositions pour promouvoir « la famille durable ».

Hervé Mariton et Anne Grommerch, les auteurs du rapport ont notamment précisé :

"Nous faisons le choix de soutenir l’institution du mariage, point de départ de la famille, et meilleur garant de la protection de cette cellule et de chacun de ses membres".

Il ressort de la lecture du rapport que l’adoption doit être prioritairement réservée aux couples hétérosexuels ou aux seuls célibataires ayant un lien de parenté avec l’enfant, quand ses parents sont décédés.

Alors, que l’adoption soit d’abord réservée prioritairement aux célibataires ayant un lien de parenté avec l’enfant dont les parents sont décédés, pourquoi pas en effet ; en revanche, pour quelles raisons serait-elle ensuite accessible aux seuls couples hétérosexuels ?

Le groupe de travail insiste aussi pour le maintien du mariage "comme le lien de deux personnes de sexe différent" et pour garder une "différence subjective et créancière de droits entre le Pacs ou le concubinage et le mariage" car "Un contrat civil comme le Pacs, qui s’inscrit dans l’instant, ne peut porter les mêmes droits que l’institution du mariage, qui s’inscrit dans l’avenir".

Alors, que les couples aient le choix entre différents statuts, fonction de la nature de leur projet, Union libre ou concubinage, pacs ou mariage, en effet pourquoi pas ; en revanche pourquoi interdire certains de ces statuts en fonction de l’orientation sexuelle du couple ?

Les autres propositions, nettement plus consensuelles portent notamment sur la "possibilité de fractionner le congé parental pendant les 15 premières années de la vie de l’enfant", l’instauration d’un "droit spécifique à la formation pendant le congé parental" et la création d’un "compte épargne temps familial".

Les conclusions de ce rapport sont nettement opposées à celles prises par les députés de gauche qui se sont exprimés en faveur du mariage ouvert aux couples de même sexe et de l’homoparentalité.

Faut-il simplement y voir le clivage habituel gauche-droite sur les questions de société ?

L’homosexualité et l’homoparentalité sont pourtant désormais non pas banalisées mais admises largement comme en attestent les sondages ; le problème s’est clairement déplacé sur l’homophobie, et plus généralement les LGBTphobies, considérés comme de véritables fléaux sociaux.

Aussi, pour la plupart des gens ce sont bien les contextes et projets familiaux, examinés dans l’intérêt de l’enfant, qui priment.

Ce rapport ne fait que stigmatiser une fois de plus les personnes célibataires et leur rendre l’adoption toujours plus difficile ; nier la réalité des familles homoparentales et interdire le mariage aux couples de même sexe.

Sensés travailler sur l’amélioration de l’articulation entre travail et vie familiale, comment, ces députés UMP en sont-ils arrivés à encore et toujours revenir à leurs obsessions et à s’acharner ainsi contre les familles homoparentales et les célibataires souhaitant adopter ?

Quel est donc ce nouveau concept de « famille durable » et pourquoi maintenant ?

Qui peut ignorer qu’en France, ont été comptabilisées en 2006 (et le chiffre n’a fait qu’augmenter depuis), 2 millions de familles monoparentales ou recomposées ?

Quant au mariage, depuis déjà plus de 6 ans, chaque année sont comptabilisés plus de 130 000 divorces.

La société change et les modalités de vie en couple et / ou en famille aussi.

Si les couples, mariages, familles duraient si longtemps c’était pour des raisons bien précises, culturelles, économiques et sociales.

De nos jours, les notions de couple et de famille sont bien différentes et recoupent des réalités très diverses ; les questions de liberté et de contraintes ne sont plus abordées de la même façon.

Cette évolution n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle ni même l’identité de genre des personnes, mais avec leur philosophie et choix de vie.

Des couples et des familles « hétérosexuels » vont durer d’autres seront éphémères et il en ira de même des couples et familles « homosexuels ».

Seuls devraient être pris en compte par l’état la volonté des personnes concernées et le bien être de l’enfant dans le cas des familles ; si l’hétérosexualité était un gage de durée des couples et des familles, de réussite systématique en matière d’éducation et d’équilibre des enfants etc., ça se saurait !

Imaginer le contraire relève purement et simplement de l’homophobie.

Dans le contexte de l’élection présidentielle à venir, ce rapport démontre que l’UMP s’arc-boute sur des valeurs réactionnaires à un moment où la droite pense que rassurer une partie de son électorat peut lui faire gagner des voix.

Elle tente désespérément de freiner une société en mouvement qui inéluctablement finira par rejoindre ses voisins européens plus progressistes et qui manifestement n’y ont rien perdu au change.

Pour le Centre LGBT Paris IdF
Christine Le Doaré, présidente

Soutenir par un don