CALENDRIER

RESTEZ CONNECTES
RECHERCHE
Hommage à Jean Le Bitoux
Un square portera son nom à Montreuil
Publié le samedi 15 mars 2014

Samedi 15 mars 2014, à 11h, la municipalité de Montreuil, dirigée par Dominique Voynet, inaugurera un square en lui donnant le nom de Jean Le Bitoux (16 août 1948 - 21 avril 2010).

Après le Centre LGBT de Paris Ile-de-France qui a baptisé sa bibliothèque du nom de Jean Le Bitoux, c’est la deuxième fois que le nom de ce militant LGBT est donné à un lieu, cette fois dans un espace public.

Le 21 avril 2010, Jean Le Bitoux était emporté par un cancer à l’âge de 62 ans. Militant infatigable, séropositif, il s’est toujours dignement battu contre le sida en s’engageant à Aides et en devenant responsable du Journal du sida.

Bordelais de naissance, c’est à Nice que son engagement prend corps en rejoignant le FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire). A Paris, au milieu des années 70, il est de l’aventure du GLH (Groupe de libération homosexuelle). En 1978, il se présente aux élections législatives, puis il crée avec d’autres militants le journal Gai Pied en 1979, époque où l’homosexualité était encore pénalisée. Gai Pied marquera toute une génération d’homos.

Exigeant tant avec lui qu’avec les autres, il a participé à cet élan de la conquête des droits pour les personnes homosexuelles, bi et trans. D’une personnalité au caractère trempé, au point de s’attirer parfois de solides inimitiés, il a mis toute sa fougue et son talent d’intellectuel au service des causes qu’il voulait défendre.

Il aura lutté avec acharnement pour réparer les oublis de l’histoire en créant le Mémorial de la déportation homosexuelle (MDH) et en publiant plusieurs ouvrages pour la reconnaissance de la déportation pour homosexualité commise par les nazis pendant le Seconde Guerre mondiale. Engagé dans ce combat, il fit la connaissance de Pierre Seel, seul déporté français pour homosexualité ayant témoigné de son vivant. Il participa à l’écriture de son livre témoignage Moi Pierre Seel, déporté homosexuel.

Sa disparition, cinq jours avant la Journée nationale du souvenir de la déportation, dimanche 25 avril 2010, nous avait particulièrement touché car ceux qui le connaissaient savaient l’importance que revêtait pour lui cette journée à laquelle il tenait tant à être présent. A Angers, où Quazar participe chaque à la cérémonie du souvenir en hommage à tous les déportés, dont ceux pour homosexualité.

Jean Le Bitoux reste un modèle d’action et le symbole de l’engagement militant pour la jeune génération. Il nous a montré la voie, comme d’autres avant lui. Modestement, mais résolument, nous la suivons pour devenir des citoyens égaux et non de seconde zone, comme le titre d’un de ses livres cosignés l’évoquait.

QUAZAR s’associe à l’hommage que la municipalité de Montreuil lui rendra samedi prochain.

La famille de Jean Le Bitoux ainsi que l’équipe du Mémorial de la Déportation Homosexuelle assisteront à cette cérémonie ouverte au public.

Stéphane Corbin
président.

Soutenir par un don