CALENDRIER

RESTEZ CONNECTES
RECHERCHE
Journée du souvenir trans
Vendredi 19 novembre 2010
Publié le jeudi 18 novembre 2010

A l’occasion de la journée du souvenir trans, Les autres genres (commission T du Centre LGBT de Nantes), Mix-cité et les durEs à queers vous invitent à la projection inédite à Nantes du film « Boy I am », Vendredi 19 novembre, 20h00, Espace Simone de Beauvoir.

Le TDOR (transgender day of remembrance) est la journée internationale du souvenir des victimes de la transphobie. Cette journée a été initiée en 1999 suite à l’assassinat de Rita Hester en novembre 1998 parce qu’elle était trans. Chaque année la transphobie tue, blesse, agresse, humilie des personnes trans à travers le monde.

En plus des agressions physiques et verbales, tous les jours les trans subissent des discriminations. Aujourd’hui en France en 2010, les personnes trans subissent toujours tout au long de leur parcours l’arbitraire d’équipes de psychiatres auto-proclamées officielles. Ainsi psychiatriséEs, les trans ne peuvent disposer librement de leur corps et décider de leur genre. Ceci a des conséquences quotidiennes notamment en ce qui concerne changement d’état civil. En effet, la demande de changement d’état civil faite au tribunal de grande instance est suspendue à l’arbitraire des juges. Ainsi de nombreuxSES trans ont des papiers d’identité qui ne correspondent pas à leur genre social ce qui donne lieu à des exclusions quotidiennes : à l’embauche, au travail, à la Poste…

Afin d’évoquer des questions liées au parcours trans, nous avons choisi de diffuser « Boy I am », documentaire de Sam Fede et Julie Hollar, inédit à Nantes. Ce film retrace des parcours de trans FtoM (female to male) et nous permettra d’aborder différentes questions autour du genre, du rapport masculin/féminin, du féminisme… (voir détails ci-après). La projection sera suivie d’un débat.

Vendredi 19 novembre

20h00 Espace Simone de Beauvoir

Boy I Am
Documentaire de Sam Feder & Julie Hollar

USA, 2006, 72 min., VOSTF (Projeté la première fois en France lors du festival identiT http://www.festivalidentit.org/index.html)

Alors que la visibilité trans FtM (female-to-male) explose aux Etats-Unis et que les trans FtM sont souvent issus de la communauté lesbienne, certaines lesbiennes considèrent que la transition est une mode voire un acte anti-féministe qui conduit aux privilèges de la classe dominante : les hommes. Que signifie pour une personne issue de la communauté lesbienne d’entamer sa transition, et quel en est le sens pour cette communauté ? Le film dénonce un certain nombre d’a priori dont sont victimes les trans, a priori qui conduisent à leur négation. Il insiste sur le lien qui existe entre les expériences trans et les luttes queer et féministes mais aussi les problématiques de race et de classe. Une chronique de résistance qui invite les spectateurs/trices à repenser leur concept d’activisme et d’identité.

Soutenir par un don