RESTEZ CONNECTES
RECHERCHE
La libre disposition de son corps pour tous…
L’ex-ministre UMP de la santé Mattéi est contre !
Publié le samedi 5 octobre 2013

Communiqué de presse de l’ANT du 03 octobre 2013

L’ex-ministre de la santé Mattéi (il « “géra” comme l’on sait la canicule de 2003 et fut l’année suivante élu président de la Croix-Rouge…) vient de s’en prendre (1) avec une incroyable brutalité à la communauté transgenre, qu’il stigmatise en bloc !

M. Mattéi, faisant flèche de tout bois pour nous accabler de sa transphobie primaire et simpliste, n’a pas hésité à utiliser l’euthanasie, en Belgique, d’une personne transgenre subissant des souffrances insupportables après une série d’opérations chirurgicales ratées. Rappelons à l’ex-ministre qu’en Belgique, c’est une loi transphobe qui oblige les personnes voulant un changement d’état civil à subir ces opérations chirurgicales lourdes ! Et que les dispositions liberticides de cette loi sont fermement condamnées par le mouvement transgenre belge et européen.

Honteusement insultées (« malades mentaux » a-t-il osé nous jeter à la figure !) par l’ex-ministre, les personnes transgenres ne sont pas sa seule cible. C’est à une grande majorité de Français qu’il s’en prend également, en rejetant tout droit à l’euthanasie. Quant à l’avortement, même s’il n’a pas osé remettre en cause ce droit acquis de haute lutte par le mouvement féministe, l’ex-ministre l’a qualifié de « transgression » ! « Quelle est la valeur primordiale » a-t-il questionné avant de répondre : c’est « soit la liberté, soit la dignité ». Eh bien, non ! N’en déplaise à M. Mattéi, nous revendiquons à la fois la liberté et la dignité pour les personnes transgenres et, bien au-delà, pour tous nos concitoyens.

« La liberté divise, la dignité rassemble » a encore prétendu l’ex-ministre UMP ! Même si c’est visiblement incompréhensible pour M. Mattei, quelle dignité peut avoir un être humain à qui on ne reconnaît pas son droit à la liberté ?

Quand on sait que M. Mattéi a jadis sévi au Comité consultatif national d’éthique et a longtemps été présenté comme l’un des spécialistes des questions d’éthique médicale à l’Assemblée nationale, on comprend pourquoi il est si difficile au « pays des droits de l’Homme » de faire avancer les droits des minorités !

Loin de la vision liberticide de la dignité humaine de M. Mattéi, notre pays est pourtant prêt à de nouvelles réformes sociétales – défendant à la fois la liberté et la dignité des personnes concernées – comme le droit à l’euthanasie, l’accès à la PMA pour toutes les femmes et le droit au changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes transgenres.

Pour l’Association Nationale Transgenre,
Stéphanie Nicot
Porte-parole

1 - France Culture, 3 octobre 2013

Voir aussi :
Soutenir par un don