CALENDRIER

RESTEZ CONNECTES
RECHERCHE
Loi sur les familles
Communiqué du Centre LGBT de Nantes
Publié le mercredi 5 février 2014

Le Centre LGBT de Nantes exprime son mécontentement vis à vis du gouvernement et du Président de la République. En ajournant la loi sur les familles, l’exécutif cède aux pressions de celles et ceux qui ont une vision rétrograde de la société.

Après nous avoir fait le coup de la "liberté de conscience des maires" sur le mariage pour tous, après avoir reporté la décision d’étendre l’accès à la PMA pour tous les couples, en refusant de permettre la facilitation des parcours de transition et du changement d’état civil... une nouvelle fois, les membres du gouvernement affichent une lâcheté qu’ils n’avaient pas lorsqu’ils étaient dans l’opposition.

Le Centre LGBT de Nantes n’oublie pas que dans la ville de Jean-Marc Ayrault, lors de la LGBT PRIDE de 2011, le Parti Socialiste distribuait des tracts qui nous promettaient certes le mariage pour tous et la reconnaissance de l’homoparentalité, mais aussi l’extension de l’accès à la PMA ainsi que la facilitation du changement d’état-civil pour les personnes trans.

Nous dénonçons cette approche honteuse et lâche de la part d’un gouvernement qui renonce ainsi à toute idée de transformation sociale et de modernisation de la société. L’avancée des droits ne remet en cause ni le triple A, ni l’inversion des courbes, ni le tournant de la politique économique !

Enfin, nous réaffirmons plus que jamais nos revendications pour une société plus juste, plus ouverte et qui offre enfin une égalité réelle pour l’ensemble des citoyennes et des citoyens qui la composent ! Nous donnons rendez-vous à toutes celles et tous ceux qui partagent ces valeurs, le 14 juin 2014, dans les rues de Nantes, pour une LGBT Pride plus militante que jamais... et d’ici-là, nous serons aux côtés de toutes les associations et les collectifs ami-e-s qui manifesteront leur colère.

Vincent DANIS
Président du CLGBT de Nantes

Article de Ouest France du 5 février 2014

JPEG - 123.3 ko
Ouest France - 5 février 2014
Voir aussi :
Soutenir par un don