CALENDRIER

RESTEZ CONNECTES
RECHERCHE
QUAZAR partie civile devant la Cour d’appel de Paris
au soutien des trois victimes et contre Richard Jacob
Publié le jeudi 6 mars 2014

Communiqué de presse de Quazar, Centre Lesbien, Gay, Bi et Trans d’Angers
Angers, le jeudi 6 mars 2014

QUAZAR partie civile devant la Cour d’appel de Paris au soutien des trois victimes et contre Richard Jacob, élu municipal FN d’Auxerre, à l’époque des faits

Jeudi 6 mars 2014, QUAZAR sera partie civile devant la Cour d’appel de Paris, comme en première instance à Auxerre, pour soutenir trois militants victimes, et demander la condamnation de Richard JACOB, élu municipal d’Auxerre, récemment radié du FN.

Le 16 février 2013, Richard JACOB a usé de violences physiques envers trois personnes, dont une mineure, et a proféré des propos clairement homophobes en public à Auxerre, lors de la manifestation de soutien au projet de loi du mariage pour les couples homosexuels, organisée par Traits d’Union, le centre LGBT de l’Yonne.

Le tribunal correctionnel d’Auxerre l’a condamné, le 6 juin 2013, à 6 mois de prison avec sursis, 2000 € d’amende, 2 ans d’inéligibilité, ainsi que le versement de dommages et intérêts aux trois victimes et aux associations parties civiles.

Les victimes ont à nouveau confié leurs intérêts à maître Jean-Bernard Geoffroy, président du RAVAD, réseau d’assistance aux victimes d’agressions et de discriminations.
Elles ont également souhaité être derechef soutenues par ADHEOS de Saintes-La Rochelle et QUAZAR d’Angers, associations de défense de victimes, notamment à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre.

Notre engagement auprès des victimes, en tant que Centres LGBT implantés en région, symbolise l’importance que nous attachons à ce qu’une politique pénale juste, ferme et adaptée viennent sanctionner les délits commis par Richard JACOB contre des militants qui n’ont fait que défendre pacifiquement, et de manière républicaine, leurs droits à l’Égalité.

Notre action de partie civile devant la Cour d’appel de Paris visera à faire confirmer le jugement du 6 juin 2013, et à faire fixer le quantum de la peine d’inéligibilité de Richard JACOB au regard des ses actes et propos homophobes inqualifiables. Un élu se doit d’être exemplaire vis à vis de ses administrés. Lorsqu’il enfreint la loi, l’inéligibilité est une sanction adaptée et exemplaire, surtout à quelques semaines des municipales.

Traits d’Union, Adhéos et Quazar encouragent toutes les victimes d’agressions ou de propos homophobes, lesbophobes et transphobes, à avoir le courage de déposer plainte contre leurs auteurs, et à se faire conseiller par l’association de défense des victimes de leur choix.
L’homophobie, la lesbophobie et la transphobie ne sont pas des opinions mais des délits, plus encore quand ils sont accompagnés d’incitation à la haine et de violences.

Stéphane Corbin,
président.
06 22 09 09 66

Soutenir par un don